Si le soin apporté à rendre une documentation attrayante va de pair avec la rigueur d’une structure bien pensée, l’utilisateur sera guidé dans les tâches qu’il a à réaliser, ce qui augmentera son efficacité et réduira les risques d’erreurs.

Que l’on évoque le terme de documentation et l’on est aussitôt renvoyé à des images de recueils volumineux, ennuyeux à consulter autant qu’ils sont laborieux à produire.

La production de la documentation, qui doit accompagner tout produit mis sur le marché, est vécue comme un calvaire par les développeurs ou ingénieurs qui doivent la livrer. Pendant que les utilisateurs auxquels elle est destinée ne vont aller la consulter qu’en dernier recours, lorsqu’ils seront face à un message d’erreur ou incapables d’exploiter au mieux leur produit.

Pourtant, une documentation doit-elle être forcément ennuyeuse pour être prise au sérieux ? Et si une documentation « bien foutue », agréable à consulter et pensée pour l’utilisateur constituait un argument de vente permettant à un produit de se démarquer de ses concurrents ? Que dès le premier contact avec le produit, la documentation renvoyait une image de qualité et de sérieux ?

En introduisant un peu de beau dans nos documents de travail, on crée une émotion et on donne ainsi envie au lecteur de se laisser prendre par la main pour découvrir tout le potentiel du produit. Utiliser le pouvoir du « beau » dans la documentation technique n’a rien d’une démarche futile. Elle permet de garder le lecteur mobilisé. La publicité utilise ce mécanisme depuis toujours pour intéresser le spectateur puis le convertir en client.

Comme le rappelle Raya Hristova dans son article (voir référence), la qualité visuelle d’un produit va influencer l’impression que l’on se fait de la qualité de son contenu.

Les utilisateurs perçoivent comme plus simple d’utilisation les produits qui sont visuellement plus attrayants. Une belle documentation sera ainsi perçue comme plus simple à comprendre.

Si le soin apporté à rendre la documentation attrayante va de pair avec la rigueur d’une structure bien pensée, la navigation s’en trouvera facilitée et l’utilisateur trouvera rapidement ce qu’il cherche, ce qui augmentera sa satisfaction vis-à-vis du produit. En proposant des éléments graphiques qui guident vers la bonne information (pictos, images, tableaux,…), l’utilisateur se sentira en confiance et accomplira les tâches avec moins de risque d’erreur.

Le beau augmente donc l’expérience utilisateur…et son efficacité par effet collatéral.

 

Source : L’utilité du beau : vers une documentation émotionnelle ? Raya Hristova – http://stcfrance.org/articles