BrainBreakfast

MindForest est heureux de vous inviter à son prochain BrainBreakfast « Les valeurs d’entreprise, au-delà du simple gadget ? », qui aura lieu le jeudi 04 juillet 2019 de 8h00 à 10h00 au MindForest Lounge situé au 11, rue Ste-Zithe, L-2763 Luxembourg.

Régulièrement invoquées dans le monde du travail, les valeurs sont souvent perçues comme inauthentiques ou exprimant une vision hypocrite et « idéalisée » de l’entreprise moderne. On parle même de « management bienveillant », de « systèmes de gestion des employés » ou d’« outil marketing » (François Dupuy, Lost in Management, 2011).

La notion de valeur est pourtant fondamentale. Ce sont les valeurs qui créent l’engagement des employés et des clients avec l’identité et la marque de l’entreprise (Thierry Wellhoff, Les valeurs, 2011).
32 % des nouveaux entrants sur le marché du travail souhaitent d’ailleurs partager les valeurs de leur employeur et ont besoin de se sentir « dédiés à une cause » (Enquête Universum, 2012).

Si les valeurs incarnent donc un levier important de l’ADN et du rayonnement de l’entreprise, comment les dirigeants, DRH et managers, devraient-ils adapter leurs discours pour en tirer le meilleur parti ? Quels outils privilégier et quelle démarche mettre en place pour que les valeurs soient partagées et vécues par l’ensemble des parties-prenantes ? Comment « co-construire » la culture et la réputation de l’entreprise ?

MindForest vous présentera le sujet des valeurs d’entreprise et vous invite à échanger vos points de vue et à partager vos retours d’expériences dans une atmosphère agréable et conviviale.

a80a844f-6681-4dbe-bdd7-42c2ee68b2d1.png Jeudi 04 Juillet 2019 – De 8h00 à 10h00
ed8acf71-675d-4a83-8bac-2d1da920f464.png MindForest Lounge | 11 Rue Ste-Zithe, L-2763 (voir sur Google Maps)
b36b3f28-3f13-465b-b6fe-3c6759c33615.png Entrée gratuite – Places limitées
edda2654-9379-46bc-842a-7a49802d62c8.png Réservations (jusqu’au vendredi 28 juin) : jane.barton@mindforest.com | +352 43 93 666 770

Ce jeudi 21 mars matin, a eu lieu la présentation « Les RH ne sont pas acteurs du changement » dans le cadre du cycle de « Brain Breakfasts » organisé par MindForest dans son Espace Lounge à la Gare. Les Brain Breakfasts sont des événements thématiques qui s’adressent aux professionnels des entreprises et des administrations au Luxembourg et qui sont propices aux échanges et aux partages d’expériences.

Guy Kerger, Managing Partner chez MindForest, a tout d’abord expliqué que suite à la réalisation de nombreux projets auprès d’entreprises au Luxembourg, il a pu constater que le service RH ne jouait pas son rôle dans la gestion du changement. « Le service RH a la légitimité de gérer le changement, mais il ne le fait pas ou on ne le laisse pas faire ».

Souvent le changement est sous-estimé en entreprise et ses acteurs tendent à se convaincre que « rien ne change ». Or, ils ne se rendent pas compte des conséquences du changement à tous les niveaux et les contraintes engendrées chez les collaborateurs. « La gestion du changement c’est gérer ce qui se passe et ne pas laisser faire ». Or souvent, on l’ignore et

cela coûte de l’argent à l’entreprise. En effet, s’ils ne sont pas gérés, les changements sont mal vécus dans l’entreprise : manque d’informations, d’implication de la hiérarchie, formations insuffisantes, manque d’écoute et de concertation… Une « nouvelle dimension émotionnelle » éclot, mais qui n’est pas prise en charge.

Lorsqu’on change les règles du jeu, il faut les expliquer

Or, l’importance de l’écoute et de la communication est fondamentale « Lorsqu’on change les règles du jeu, il faut les expliquer ». Si on ne le fait pas, cela génère des incompréhensions et des frustrations. S’ensuivent un sentiment d’insécurité des collaborateurs, une perte de confiance, de satisfaction au travail, de loyauté envers l’employeur. L’impact financier est énorme, car l’augmentation de l’absentéisme et du présentéisme provoque une réduction d’au moins un tiers de la productivité. Et c’est justement l’effet contraire normalement recherché par les changements entrepris ! Il s’agit donc de mesurer l’importance de gérer la dimension informelle et humaine dans l’entreprise impactée par le changement : pratiques, valeurs, croyances, attitudes, etc.

La DRH comme chef d’orchestre

C’est ici que la DRH devrait agir comme chef d’orchestre, car elle regroupe tous les acteurs-clés de l’entreprise : sponsors, chefs de projets, managers, responsable en communication, etc.  Elle connaît la structure de l’entreprise, représente le capital humain et les relations sociales. Elle exerce une fonction de prestataire de services internes, neutre et transversale. De par sa position, elle devrait davantage actionner les leviers du changement : aider à comprendre, à adhérer et impliquer. Or aujourd’hui, les RH gèrent principalement les tâches administratives : dossiers du personnel, salaires, évaluations, formations, carrières. Elles sont en retrait, pratiquement pas en contact avec les collaborateurs, isolées dans leur tour d’ivoire, alors qu’elles devraient être sur le terrain, être outillées pour accompagner au changement, organiser des temps d’échanges, écouter, communiquer sur ce qui se passe, donner du sens au changement.

Des échanges constructifs

Les échanges entre les intervenants de l’événement ont fait ressortir que la fonction RH dans la gestion du changement devrait se réinventer, être un acteur agile dans l’entreprise, surtout si elle est de grande taille, mais aussi que la Direction lui en donne la possibilité et soit prête à changer, avant qu’il ne soit trop tard pour l’entreprise.

Mardi 26 février a eu lieu le BrainBreakfast consacré à la méthode Lego®Serious Play®à l’espace Lounge de MindForest.

Lego®Serious Play®est une méthode de facilitation certifiée et inventée au début des années 2000, qui permet, de manière ludique, d’aborder des sujets complexes liés à l’organisation et aux équipes : stratégie, optimisation de processus, culture et valeurs, cohésion d’équipe, etc.

Les participants ont été invités à travailler sur des métaphores et à construire ce qu’ils se représentent par exemple comme étant la « meilleure tour » ou leur « client idéal ». À ces sujets, il n’existe pas qu’une seule réponse, chaque membre du groupe détient une partie de la solution. Les sujets sont ainsi « co-construits » avec des briques, ce qui favorise l’écoute active, la créativité, l’émergence d’idées, l’égalité et le respect du temps de parole, la confiance et l’engagement.

Pour en savoir plus sur le Lego® Serious Play®

Intéressé par un atelier Lego® Serious Play® ? Contactez-nous à  info@mindforest.com

Jeudi 7 février a eu lieu la conférence « Vie numérique, société automatique ? » donnée par le Professeur Mark Hunyadi de l’UCLouvain à la BCEE suivie de la table ronde « Défis et impacts de la digitalisation de l’économie luxembourgeoise »animée par Dr Marie Gallais.

Lors de l’événement organisé par l’ALAF (l’Association Luxembourgeoise des Amis de la Fondation de Louvain), il a été rappelé que le Luxembourg se place en 5è position en termes de digitalisation dans l’UE (Digital Economy & Society Index, DESI) et que le pays a adopté une ambitieuse stratégie de diversification économique dans le secteur numérique, la stratégie « Digital Lëtzebuerg » englobant l’éducation, l’économie et les services publics.

Dans sa conférence, le Professeur Mark Hunyadi s’est intéressé aux aspects sociaux et anthropologiques du phénomène de la digitalisation. Les outils numériques occupent selon lui une place inédite dans l’histoire de la technique et ils ont une double finalité échappant à celle de l’utilisateur : ils ciblent son confort tout en exploitant ses données personnelles qui nourrissent le Big Data.

Management du changement et transformation digitale

Lors de la table ronde qui a suivi, Guy Kerger, Founder & Managing Partner de MindForest a précisé que : « Trois types de projets de digitalisation préoccupent les entreprises aujourd’hui : augmenter les performances de l’entreprise, capter le savoir dans l’entreprise et en relation avec le client et avoir envie de surfer sur la vague du digital même sans avoir d’objectifs précis ».

Guy Kerger a également expliqué que : « Les projets de digitalisation sont trop souvent pilotés par les processus et les technologies. En négligeant l’humain et son rôle dans l’organisation, les entreprises perdent de vue leurs objectifs et annihilent toutes formes de valeur ajoutée individuelle. C’est le véritable challenge de la digitalisation ».

Résistances et digitalisation

Enfin, au sujet des résistances des collaborateurs vis-à-vis de la digitalisation, Guy Kerger a rappelé que : « Les résistances ne viennent pas de l’utilisation des outils. Ce que l’on oublie pratiquement toujours est d’expliquer pourquoi ils doivent utiliser ces nouveaux outils. C’est lorsque les collaborateurs ne comprennent pas pourquoi on leur demande de faire quelque chose que naissent les résistances ».