Cap vers le succès : l’animateur un acteur clé pour vos communautés de pratiques

Créer des dynamiques collaboratives au travers de groupes de travail et plus particulièrement de communautés est un enjeu fondamental pour les organisations privées comme publiques. Elles drainent les connaissances, permettent la résolution de problèmes, et impulsent de l’innovation au sein de ces organisations. Les communautés de pratiques peuvent certes se créer par elles-mêmes lorsque des collaborateurs identifient une problématique commune ou un intérêt particulier pour une thématique, mais les organisations n’ont pas la certitude que cela viendra à se produire et peuvent donc décider de créer « artificiellement » (de manière proactive) ce type de communautés.

Ces communautés font particulièrement sens lorsqu’il y a besoin de développer des connaissances, de créer des démarches transversales. Elles pourront aussi être le résultat d’un réseau d’ambassadeur qui en fin de projet aura été converti en communauté de pratique afin de continuer à capitaliser sur les dynamiques qui auront été créées tout au long du projet de changement.

Ces communautés sont particulièrement pertinentes lorsqu’il y a besoin de développer des connaissances, de créer des démarches transversales au sein de l’organisation.

Elles pourront aussi être le résultat d’un réseau d’ambassadeurs du changement qui, en fin de projet, aura été converti en communauté de pratique afin de continuer à capitaliser sur les dynamiques qui auront été créées tout au long du projet.

Qu’est-ce qu’une communauté de pratique ?

« un groupe de personne qui partage un intérêt commun, une problématique ou une passion pour un sujet spécifique et qui souhaiteraient approfondir leurs connaissances et expertise dans ce domaine en interagissant régulièrement ensemble. »

Wenger, McDermott et Snyder, « Cultivating Communities of Practice », 2002

Pourquoi recourir à un animateur de communauté ?

Une communauté qui aura été créée ex nihilo, sera dite « pilotée », et n’aura probablement pas les mêmes dynamiques participatives au départ que celles qui auraient pu être impulsées directement par les collaborateurs. En effet, pour les communautés pilotées les participants sont souvent sélectionnés et l’intérêt de contribuer ne se développe qu’avec le temps ainsi que le sentiment de confiance au sein des membres de la communauté.

Par ailleurs, dans certaines organisations le partage de connaissances n’est pas une évidence puisqu’elles sont synonymes de pouvoir.

C’est ici que la présence d’un animateur de communauté prend toute son importance. Il aura entre autre la lourde tâche de créer un pont entre les participants et également de donner un momentum à la communauté. Il se devra d’être inspirant, dynamique et motivant. Il est l’une des clés centrales du succès pour déployer une communauté pilotée.

Les missions et tâches de l’animateur :

  • Créer un pont entre les membres
  • Faciliter les échanges entre les participants
  • Instaurer un climat de confiance
  • Créer un lien entre la stratégie globale et les objectifs de la communautés
  • Répertorier les connaissances développées
  • Créer une routine de partage.

Quels sont ses principaux défis ?

Même si une communauté a été impulsée par l’organisation cela ne veut pas dire que la faire vivre sera un long fleuve tranquille sans embuche et l’animateur devra faire face à un certain nombre de défis qui varieront bien évidemment en fonction du contexte organisationnel dans lequel les communautés seront déployées.

Les premières phases de développement de la communauté sont celles où l’animateur devra investir de l’énergie et la patience pour créer un cadre de confiance et instaurer une routine à laquelle les membres vont adhérer.

Principaux challenges pour l’animateur :

  • Créer de l’engouement
  • Créer de l’adhésion et de la participation
  • Faciliter l’émergence d’un sentiment d’appartenance et d’une volonté de partage
  • Avoir de la légitimité
  • S’assurer que les membres aient suffisamment de temps pour contribuer à la communauté
  • S’assurer de l’adhésion des managers afin de laisser leurs collaborateurs participer
  • Aider à dépasser une culture organisationnelle réticente au partage de connaissances
  • Aider à dépasser les silos et politiques organisationnels
  • Concilier les intérêts stratégiques avec les besoins de la communautés

Quelles bonnes pratiques pour animer sa communauté efficacement ?

MindForest vous propose un condensé de son expérience dans cette liste de bonnes pratiques de laquelle les animateurs pourront s’inspirer afin de faire vivre leur communauté.

  • Clarifier les missions et objectifs de la communauté au cours de la réunion de kickoff et les rappeler régulièrement
  • Créer une routine et un rythme de fonctionnement
  • Identifier et sélectionner des outils collaboratifs adaptés au contexte
  • Identifier les bons profils pour la communauté
  • Communiquer régulièrement avec les membres de la communauté
  • Partager des informations/documents pertinents avec les membres
  • Définir des activités interactives
  • S’assurer que tous les membres se sentent à l’aise et participent
  • Convier des intervenants externes pour apporter des perspectives nouvelles
  • Prendre régulièrement le feedback des participants et adapter le fonctionnement de la communauté si nécessaire.

Vous pensez mettre en place une communauté de pratique au sein de votre organisation ?

Faites-vous accompagner ! Contactez nous dès aujourd’hui en envoyant un email à info@mindforest.com