Posts

Sales-Lentz : Projection 26000

« Après plusieurs mois de collaboration, Julie Kartheiser revient sur le projet pour lequel StandardsAlive a été mandaté, l’intégration d’une culture RSE au sein du secteur transport de Sales-Lentz. Elle nous explique les tenants et aboutissants d’une telle démarche pour un groupe qui se positionne clairement comme les précurseurs du Développement Durable dans leur domaine d’activité »

Le Luxembourg vers une démarche plus responsable

Le concept et la connaissance de la RSE se sont progressivement développés ces dix dernières années au Luxembourg. De plus en plus d’entreprises adoptent une démarche responsable, même s’il est encore tôt pour parler de véritable généralisation.

En 2003, François Biltgen , alors ministre 1, ouvrait la voie en parlant de promouvoir la RSE lors d’un discours prononcé à la Chambre des employés privés.

Avec la création de l’IMS 2 et de l’INDR 3 fondé par l’UEL 4 (2007) le Luxembourg se dote de véritables organes de pouvoir pour promouvoir la démarche.

Aujourd’hui, l’État luxembourgeois a développé son propre outil gratuit via l’INDR, le label ESR 5. Sur 30.000 entreprises au Luxembourg, 600 sont « sensibilisées » et 74 entreprises « labélisées » parmi lesquelles : banques, cabinets d’audit, centres de langues, etc.

Bénéfices et objectifs

L’économiste Nicolas Poussing 6 relève dans son ouvrage de référence que la RSE est plus importante dans le secteur financier et les grandes entreprises.

Les bénéfices de la RSE touchent à l’image de l’entreprise (48%), à l’augmentation du bien-être des salariés (40%) et à la réduction de l’impact environnemental (33%) 7.

Parmi les principaux objectifs visés : l’augmentation des parts de marché (86%) et l’amélioration de la qualité des produits (67%), vient ensuite le domaine social (env. 40%) et environnemental (7%) 8.

On peut constater que sur les trois piliers de la RSE (économique, social, environnemental), « le Luxembourg est plus engagé dans la responsabilité environnementale ».

Méconnaissance du concept

Or, la proportion d’entreprises ayant adopté une démarche RSE reste selon N. Poussing modeste et beaucoup ne connaissent pas le concept ou hésitent à l’adopter, même si de nombreuses formations et conférences sur le thème de la RSE sont aujourd’hui proposées 9.

Parmi les principaux obstacles liés à l’adoption d’une démarche RSE : le manque de temps (58% de sondés), le coût de sa mise en oeuvre (40%) et la traduction du concept en actions concrètes (32%)10.

C’est pourquoi les entreprises implantées au Luxembourg débloquent encore peu de moyens pour la RSE.

Didier Damiani
Expert en Communication @ MindForest

1 Ministre du Travail et de l’Emploi, ministre des Cultes, ministre des Relations avec le Parlement et ministre délégué aux Communications.
2 Institut pour le mouvement sociétal.
3 Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises.
4 Union des Entreprises Luxembourgeoises.
5 Entreprises Socialement Responsables.
6/7/8/10 Nicolas Poussing, « La Responsabilité sociale des entreprises au Luxembourg. Quelles avancées, quels résultats », Harmattan –Acadamia s.a. Louvain-la-Neuve, 2011. Nicolas Poussing est chercheur au CEPS/INSTEAD et docteur en sciences économiques.
9 L’INDR propose des formations sur la RSE. La chambre des salariés propose la formation Analyse et audit de la responsabilité sociale des entreprises. De nombreuses conférences sont données sur le thème de la RSE, dont le 6è congrès du Réseau International sur les Organisations et le Développement Durable (RIODD) de juin 2011.

Sales-Lentz s’approprie la culture RSE

Depuis 2008, le groupe Sales-Lentz s’investit au quotidien pour répondre aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques. Face à cet engagement, l’entreprise est maintenant largement reconnue sur le marché luxembourgeois comme socialement responsable. Aujourd’hui, elle souhaite renforcer sa démarche au sein de sa branche Transport, en choisissant l’ISO 26000.

Pour apporter une solution constructive aux principes et aux objectifs qu’implique cette démarche, le groupe Sales-Lentz est parfaitement conscient que les collaborateurs doivent faire partie intégrante du processus.

L’intégration d’une véritable culture et philosophie orientées RSE est en effet mieux comprise si elle est partagée par l’ensemble des collaborateurs, au travers de valeurs et d’actions communes.

Fort de ce constat, Sales-Lentz a décidé de s’entourer des compétences et du savoir-faire de StandardsAlive* pour l’accompagner dans une démarche d’appropriation de la RSE.

S’approprier la RSE

Dans cette démarche d’appropriation, tous les acteurs de Sales-Lentz sont concernés. Concrètement, il s’agit au travers d’outils et de moyens adaptés, de mettre à profit leur implication, leur participation et leur engagement dans ce nouveau challenge RSE.

4 grandes étapes de l’accompagnement

1. Positionnement de la Direction
Il s’agit de mettre en avant l’importance donnée par la Direction de Sales-Lentz à la RSE au sein même de ses principes de gouvernance. Pour ce faire, des sessions d’échanges sont organisées avec les directeurs sur les grandes lignes directrices de l’ISO 26000. L’objectif est de recueillir la perception des répondants sur la notion de responsabilité sociétale et d’identifier le niveau d’intégration de ces enjeux dans leur stratégie.

2. Sensibilisation des chefs de service
Il s’agit de favoriser un management socialement durable et responsable. Les chefs de service seront amenés à participer à des ateliers de réflexion commune. Leur objectif est de définir le niveau d’intégration de la responsabilité sociétale au sein de leurs équipes, selon leurs propres contraintes et objectifs.

3. Implication des collaborateurs terrain
Il s’agit maintenant d’intégrer le « coeur » de l’activité (les exécutants) dans cette philosophie, en prenant en considération les différences culturelles et en utilisant les canaux de diffusion adaptés, des questionnaires seront adressés à l’ensemble des collaborateurs. Leur analyse permettra de les positionner sur les différentes thématiques de la responsabilité sociétale en termes d’ouverture, de sensibilisation et d’engagement. C’est également un moyen de susciter leur intérêt et de les faire réfléchir aux questions sociales, environnementales et économiques liées à leur activité.

4. Workshop sur les opportunités d’amélioration
Grâce aux informations collectées précédemment, et en regroupant autour de la table un échantillon représentatif de chacun des échelons hiérarchiques du département, l’atelier réalisé permet de : faire prendre conscience collectivement des axes de progression en matière de responsabilité sociétale ; de valider les principaux axes de travail en vue de répondre aux exigences de la norme ISO 26000 ; d’affiner les actions à mettre en place afin d’engager et d’impliquer les différents acteurs dans la relève de nouveaux défis.

L’objectif final est d’introduire une véritable culture RSE au sein même du département transport du groupe Sales-Lentz au travers d’actions concrètes, qui soient comprises et partagées par tous.

Julie Kartheiser – Business & Development Manager @ StandardsAlive*
Claire Navarra – Consultante Senior @ StandardsAlive*

L’ISO 26000, facilitateur de la RSE

Depuis quelques années, nombreuses sont les entreprises ayant multiplié les actions socialement responsables. Au départ, principalement pour des raisons politiques, des évolutions législatives et une prise de position sur la société civile.

Face à cette montée en puissance de la RSE, un travail commun entre 99 pays a été réalisé, pour proposer aux organisations un cadre global à des initiatives diverses. Ces travaux ont donné naissance à la norme ISO 26000 visant à supporter et à guider les entreprises afin de répondre aux besoins des parties prenantes et respecter les normes internationales.

Bien que la norme ISO 26000 ne soit pas encore certifiable, elle peut donner lieu à une évaluation autour des différents piliers clés, qui constituent les fondamentaux d’une démarche RSE. Elle repose sur sept principes transversaux que l’entreprise doit prendre en compte pour se positionner comme socialement responsable.

Les bénéfices de l’ISO 26000 pour les organisations

Nombreux sont les avantages à moyen terme pour l’entreprise qui intègre les questions centrales de la responsabilité sociétale dans sa gouvernance et dans la gestion de ses relations avec ses parties prenantes : amélioration de la fiabilité et de l’équité des transactions ; garantie d’une concurrence loyale et d’une absence de corruption.

D’autre part, la prise en compte des droits de l’homme et le respect des conditions de travail, permettront l’attraction des talents et la fidélisation de ses salariés. De plus, elle assurera leur bien-être, ce qui suscitera l’implication et la motivation du personnel au sein même de l’organisation.

Elle pourra également entraîner une capacité d’innovation dans la mesure où le respect et la considération de ses lignes directrices permettront à l’organisation de se développer de manière proactive. Enfin, elle modifiera les relations avec ses parties prenantes, pour respecter leurs besoins et leurs exigences ce qui donnera lieu à des perspectives d’évolution.

De manière générale, l’entreprise bénéficiera d’une meilleure confiance et d’une réputation accrue auprès des acteurs de la société. A l’heure où les questions sociales et environnementales sont au coeur des préoccupations, l’organisation qui tient compte de ces notions jouira d’un avantage compétitif et accédera également plus facilement à des financements et au statut de partenaire privilégié.

Les principes de l’ISO 26000

  •  Redevabilité
  •  Transparence
  •  Comportement éthique
  •  Reconnaissance des intérêts des parties prenantes
  •  Respect du principe de légalité
  •  Prise en compte des normes internationales de comportement
  •  Respect des droits de l’homme

Claire Navarra
Consultante Senior @ StandardsAlive*

La semaine de la qualité 2013 – IFSB

Dans le cadre de la semaine de la qualité, Le MLQ vous propose l’intervention de l’IFSB.

La Responsabilité sociétale des entreprises : Quel retour sur investissement ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) a fait des progrès ces dernières années en matière de structuration, de méthode et d’outils. Est-il possible de définir le retour sur investissement d’une démarche de responsabilité sociétale ? Quels sont les indicateurs économiques ? Nous vous proposons de faire un tour d’horizon des outils existants et de participer activement à la création d’un modèle innovant.

Mardi 19 novembre de 09h00 à 11h00

IFSB
5, Zone d’Activités Economiques
Krakelshaff
L-3290 – Bettembourg

Plus d’informations sur www.mlqe.lu